Monday, 17 May 2010

strategy shift in the middle east

Strategy shift in the Middle East

Thierry Meyssan

The failure to reshape the Greater Middle East has left the field open to a new alliance, the Tehran-Damascus-Ankara triangle. Since nature is allergic to vacuums, Moscow is filling the space left vacant by Washington. The wind has changed and it’s blowing strong. In a matter of a few months, the entire regional balance of power has tipped.

16 May 2010

JPEG - 26.8 kb
The new formula for the Middle East: the Turkey-Iran-Syria triangle (L to R, Presidents Gül, Ahmadinejad and Assad).

In recent months the equilibrium of the Middle East has undergone a complete shift. First of all, the capabilities and positions of a number of players have changed.

- The Israeli armed forces, who had gone from one victory to another for decades, are no longer able to control the ground. During their offensive against Lebanon (2006) and against Gaza (2008), they displayed an increase of destructive power, but showed they are not longer capable of achieving their goals, in this case the destruction of Hezbollah and Hamas. In addition, their arsenal, equipped as required by the United States, no longer guarantees their domination. Their tanks have become vulnerable to Russian RPG, when they used to constitute the major component of their blitzkrieg. Their navy is threatened by the land-sea missiles supplied to Hezbollah by China, which are now equipped with an anti-jamming system that they lacked in 2006. Finally, their air dominance will not resist for long to the proliferation of Russian S-300, currently being shipped to the region.

- The quasi-independence of Iraqi Kurdistan engineered by the United States, the economic development of this quasi-state under Israeli control and Washington’s blatant support of the separatist Kurds under the PKK umbrella, compelled the Turkish military to a complete turnaround. The Atlantic Alliance is no longer a warrant for Turkish territorial integrity and Israel becomes an enemy. While Ankara is careful to placate Washington, the tone with Tel Aviv has continued to escalate since the altercation between Recip Erdogan and Shimon Peres at the Forum in Davos, and the diplomatic incident linked to the Turkish television series The Valley of the Wolves.

- The Iraqi chaos and the creation of a quasi-state in Kurdistan have forced neighbouring states to work together to avert a spillover effect, especially since Washington has already attempted to destabilize them all to keep them out of the Iraqi game. Thus the United States and Israel covertly supported Kurdish separatists in Turkey (PKK), those in Iran (Pejak) and those in Syria. As a result, the Iran-Syria axis has been replaced by the Iran-Syria-Turkey triangle. This new alliance enjoys a historical legitimacy without parallel. Since the Islamic Revolution, Iran has been the leader of the Shiites. After Paul Bremmer’s destruction of the Iraqi Baath party, Syria stepped in as the undisputed leader of the secular camp. Finally, Turkey, heir to the Ottoman Caliphate, is the cradle of Sunni Islam. Taken together, these states cover nearly the entire field of Middle Eastern politics. This alliance has closed the curtain on the Divide et Impera (divide and rule) policy, successfully applied by the colonial powers to dominate this vast region. In particular, it puts an end to the Fitna, that is to say the Islamic "civil war" between Sunnis and Shiites. King Abdullah of Saudi Arabia has already invited Iranian President Ahmadinejad to join him in a pilgrimage to Mecca, of which he is the custodian. As the heir of the Ottomans, Turkey embodies the historical legacy of Sunni Islam. In addition, the new triangle widens Ankara’s horizons constantly blocked by the endless procrastinations of the European Union.

- The "de-Baathisation" process of Iraq, i.e. the hunting season against the former executive officers of the country, has caused a mass exodus. In six years, more than one million Iraqis have been welcomed to Syria. Such Arab hospitality includes totally free admission to schools and universities as well as access to the overall health system. Initially, this vast immigration wave caused a serious economic crisis, but once digested, it has provided Syria with highly qualified executives and has injected a new dynamism.

- The turmoil organized by the United States in Yemen forced the Saudi royal family to support King Abdhallah’s policy of appeasement towards Syria and Iran. Consequently, the Hariri Lebanese-Saudi clan was asked to reconcile with President Bashar al-Assad and to recognize the legitimacy of the armed Lebanese Resistance. Suddenly, the ambivalent results of the rigged 2009 parliamentary elections - where General Aoun and Hezbollah won by a majority of votes, but where a majority of seats was obtained by the coalition formed around the pro-American clan Hariri and the extreme Christian right - took on a different meaning, opening the way for a government of national unity. While the warlords like socialist Walid Jumblatt made a 180 ° turn in order to go with the tide.

However, this trend remains fragile since Washington may still have the possibility to destabilize the new troika. Be that as it may, several attempts by corrupt Syrian generals to overthrow Bashar al-Assad were foiled even before they could act. The multiple attacks orchestrated by the CIA in the non-Persian provinces of Iran failed to trigger separatist revolts. While the colour revolution, organized by the CIA and MI6 during the presidential election, was been drowned out by a human tidal wave. To the tens of thousands of protesters in the northern neighbourhoods of Tehran, the rest of the country responded with a massive demonstration of 5 million people. Finally, it appears that Washington is incapable of resorting again to Gladio to establish a military dictatorship in Turkey. On the one hand because the new generation of Turkish generals no longer buttressed to Kemalism and secondly because the AKP Muslim-Democratic is intent on dismantling Ergenekon (current version Turkish Gladio).

Washington and Tel Aviv could also fabricate fraudulent files to justify military action. Thus, since 2007, they have been alleging that Israel discovered and bombed a military nuclear research center in Syria and that Iran is developing a vast programe of a similar nature. More recently, the same powers have accused Syria of having introduced Scuds into Lebanon. However, these accusations do not stand up to analysis any more than those formulated by Secretary of State Colin Powell before the United Nations Security Council United Nations regarding Iraqi’s alleged possession of weapons of mass destruction. The numerous IAEA inspection teams that visited Iran only found evidence of civilian activities, and the UN peacekeeping forces in Lebanon have denied the presence of Scuds in the country.

Russian makes its entrance

The loss of U.S. influence is so palpable that General David Petraeus, Commander of U.S. Central Command, has set off alarm bells in Washington. In his view, the game played by the Israelis not only in Palestine, but especially in Iraq, has thwarted U.S. plans in the region. Moreover, the stagnation of the GIs situation in Iraq and Afghanistan has made them hostages to Turkey, Syria and Iran, the only ones able to pacify the rebellious populations. In a complete reversal of roles, the strategic ally of the Pentagon has become a burden, while its regional enemies are now its shields.

Noting the failure of U.S. plans to reshape U.S. Greater Middle East, Moscow has repositioned itself on the regional scene on the occasion of President Dmitry Medvedev’s visits to Damascus and Ankara.

With regard to Israel, Russia reaffirmed that the political settlement of the conflict should be based on the relevant UN resolutions (including the inalienable right of return for Palestinians) and the principles of the Madrid conference (return of the occupied territories, including East Jerusalem and the Golan Heights, in exchange for a peace treaty). Moreover, Dmitry Medvedev confirmed his country’s preference for the two-state solution. Given the presence of one million ex-Soviets in Israel, Moscow wants to forestall a foreseeable exodus in case the Zionist regime should fall. In this context, he advocated for reconciliation between Fatah and Hamas, and met Khaled Mechaal, the political leader of the Palestinian resistance, notwithstanding Washington’s stigmatisation of Hamas as a "terrorist" organisation. This represents a decisive step for Russia: President Medevedev had refused three times to receive Mechaal when he passed through Moscow; this time he had an interview with him and, what is more, in Damascus. On this occasion, the Russian president stressed the increasing urgency of the humanitarian situation in Gaza and deplored Washington’s lack of interest in solving this tragedy. Finally, alluding to Israeli threats to bomb the convoys of weapons from Syria to Lebanon, he warned Tel Aviv against an escalation of tension.

Russia supports the political and economic rapprochement in progress between Iran, Syria and Turkey. The three leading States in the Middle East have entered a phase of intense cooperation. In a matter of months, they have opened their borders and liberalised their trade at an accelerated pace. Their economies which were paralised by years of war have suddenly been energised. Russia has no intention of staying out of this new area of prosperity. Immediately, Ankara and Moscow have lifted visa requirements for their citizens. In this way, a Turk can enter Russia without any formalities while he cannot do the same in the United States nor the EU, despite the fact that Turkey is a NATO member and a EU candidate.

Moscow has set up permanent consultative bodies at high diplomatic and economic levels with Damascus and Ankara, in contrast with the policy of the United States. Earlier this year, U.S. Secretary of State Hillary Clinton had ordered Syria to distance itself from the Resistance. In response, President Bashar al-Assad immediately appeared alongside his Iranian counterpart Mahmoud Ahmadinejad and Hezbollah Secretary General Hassan Nasrallah and ironically signed a document titled "Treaty of reduced distance". The meeting was convened short notice and Khaled Mechaal could not attend, but Hamas was nevertheless involved in the process. Following up on his threats, President Barack Obama has renewed economic sanctions against Syria for another two years.

Rosatom and Atomstroyexport, which are completing the construction of a civilian nuclear plant in Iran (Bushehr) and are contemplating new ones, will build another one in Turkey for 20 billion dollars. It should be launched in seven years. A similar project is under study in Syria. The lack of electricity in a region that withstood Israeli bombardments is the main obstacle to economic development. From a Middle Eastern point of view, Russia’s eagerness to build these power stations stems less from a commercial appetite than from a desire to provide the populations concerned with the means to accelerate the economic development that Westerners have denied them for so long. In addition Stroitransgaz and Gazprom will ensure the transit of Syrian gas to Lebanon, Beirut being prevented by its Israeli neighbour from exploiting its large reserves offshore.

Militarily, Russia has taken delivery of its new naval base in Syria. This will allow it to restore the balance in the Mediterranean from which Russia has been more or less absent since the dissolution of the USSR. It also confirmed the forthcoming delivery of S-300 missiles to Tehran to protect Iran from U.S. and Israeli threats of bombardment.

While condemning Iran’s provocations, Russian diplomats have reiterated that they do not believe in Western accusations about Iran’s and Syria’s alleged nuclear weapons programme. While the protocol among the states bordering the Caspian Sea only provides for a supply of arms to Iran in case of attack, President Dmitry Medvedev spoke of a possible direct involvement of Russia and warned the United States against a war in Iran that could degenerate into a Third World War. On this basis, he endorsed the denuclearization plan of the region, that is to say the dismantling of the Israeli nuclear arsenal. The case has recently been brought before the IAEA.

Russia attaches special importance to helping Turkey resolve its ancient disputes with Greece and Armenia, including the Cyprus and Nagorno-Karabakh conflicts. Thus, Ankara could move away permanently from Tel Aviv and Washington and recover its full independence. Important, albeit insufficient, steps have been made by President Abdullah Gül vis-à-vis Yerevan. Ignoring 95 years of hatred, Turkey and Armenia established diplomatic relations. Further progress should follow vis-à-vis Athens with the blessing of the Orthodox Patriarch Cyril I of Moscow. From this point of view, Recip Erdogan’s visit to Greece marks a historical event that boosts the process of reconciliation in the Aegean Sea, which began in the 30s and was interrupted by the Second World War.

Disrupting U.S. strategy in the Black Sea and the Caspian, Ankara accepted a huge Russian investment to build a pipeline between Samsun to Ceyhan. It is expected to carry Russian oil from the Black Sea to the Mediterranean without having to use the straits, unfit for the transit of pollutants. Identically, Ankara is considering its possible involvement in the Russian South Stream gas pipeline project. If it were to be confirmed, it would render ineffectual the competing Nabucco project sponsored by the United States and the European Union.

Ultimately, Russia’s support ensures the sustainability of the Tehran-Damascus-Ankara triangle in the face of U.S. and European hostility. The strategic balance in the Middle East has tipped. The shockwave could spread to the Caucasus.


Basculement stratégique au Proche-Orient

Thierry Meyssan

L’échec du remodelage du Grand Moyen-Orient a laissé le champ libre à une nouvelle alliance, celle du triangle Téhéran-Damas-Ankara. La nature ayant horreur du vide, Moscou comble l’espace laissé vacant par Washington. Le vent a tourné et il souffle fort. En quelques mois, c’est tout l’équilibre régional qui a été bouleversé.

JPEG -  26.8 ko
La nouvelle donne au Proche-Orient : le triangle Turquie-Iran-Syrie (de gauche à droite, les présidents Gül, Ahmadinejad et Assad).

L’équilibre du Proche-Orient a été entièrement modifié au cours des derniers mois. Tout d’abord, les capacités et les positions de plusieurs acteurs ont changé.

- Les forces armées israéliennes, qui avaient enchaîné victoire sur victoire durant des décennies, ne sont plus capables de maîtriser le terrain. Au cours de leur offensive contre le Liban (2006), puis contre Gaza (2008), elle ont montré qu’elles ont accru leur puissance de destruction, mais qu’elles ne parviennent plus à atteindre les objectifs qu’elles se fixent, en l’occurrence détruire le Hezbollah et le Hamas.
En outre, leur arsenal, alimenté autant que de besoin par les Etats-Unis, ne garantit plus leur domination. Leurs chars sont devenus vulnérables aux RPG russes, alors qu’ils formaient l’outil central de leur blitzkrieg. Leur marine est menacée par les missiles sol-mer livrés par la Chine au Hezbollah et désormais dotés des système anti-brouillage qui leur manquaient en 2006. Enfin, leur domination aérienne ne résistera pas longtemps à la prolifération des S-300 russes, en cours de livraison dans la région.

- La quasi-indépendance du Kurdistan irakien organisée par les Etats-Unis, le développement économique de ce quasi-Etat sous tutelle israélienne, et le soutien trop visible des USA aux séparatistes kurdes du PKK ont contraint les militaires turcs à un revirement complet. L’Alliance atlantique n’apparaît plus comme la garante de l’intégrité territoriale turque et Israël devient un ennemi.
Si Ankara veille à ménager Washington, le ton n’a cessé de monter avec Tel-Aviv depuis l’algarade opposant Recip Erdogan à Shimon Peres lors du Forum de Davos, à l’incident diplomatique relatif à la série télévisée La Vallée des loups.

- Le chaos irakien et la création du quasi-Etat du Kurdistan ont contraint les Etats riverains à se concerter pour se protéger de la contamination. D’autant que Washington a tenté de les déstabiliser tous pour les tenir à l’écart du jeu irakien. Ainsi les Etats-Unis et Israël ont soutenu en sous-main les séparatistes kurdes de Turquie (PKK), ceux d’Iran (Pejak) et ceux de Syrie.
Par conséquent, l’axe Iran-Syrie a fait place à un triangle Iran-Syrie-Turquie. Celui-ci dispose d’une légitimité historique sans équivalent.
Depuis la Révolution islamique, l’Iran est le chef de file des chiites. Après la destruction du Baas irakien par Paul Bremmer, la Syrie est devenue le leader incontesté du camp laïque. Enfin, la Turquie, héritière du califat, est le berceau du sunnisme. A eux trois, ces Etats couvrent la presque totalité du champ politique proche-oriental.
Cette alliance clos le chapitre du Divide et Impera (diviser pour régner), que les puissances coloniales avaient su appliquer pour dominer cette très vaste région. Elle met particulièrement un point final à la Fitna, c’est-à-dire à la guerre civile musulmane entre sunnites et chiites. Déjà le roi Abdallah d’Arabie saoudite avait invité le président iranien Ahmadinejad à faire avec lui le pèlerinage à La Mecque, dont il est le gardien. Mais la Turquie est l’héritière des Ottomans, et à ce titre incarne le sunnisme historique.
De plus, pour Ankara, ce nouveau triangle élargit enfin un horizon bouché par les interminables atermoiements de l’Union européenne.

- La dé-baasisation de l’Irak, c’est-à-dire la chasse ouverte contre les anciens cadres administratifs du pays, a provoqué un exode massif. En six ans, plus d’un million d’Irakiens ont été accueillis en Syrie. Cette hospitalité arabe inclut l’accès gratuit sans contrepartie aux établissements scolaires et universitaires ainsi qu’à l’ensemble du système de santé. Dans un premier temps, cette ample vague migratoire a provoqué une grave crise économique dans le pays, mais une fois digérée, elle lui apporte des cadres très qualifiés et une nouveau dynamisme.

- Les troubles organisés par les Etats-Unis au Yémen ont contraint la famille royale saoudienne à soutenir la politique du roi Abdhallah d’apaisement avec la Syrie et l’Iran. Par voie de conséquence, le clan libano-saoudien Hariri a été prié de se réconcilier avec le président Bachar el-Assad et de reconnaître la légitimité de l’armement de la Résistance libanaise.
Du coup, le résultat ambigüe des élections législatives truquées —gagnées en voix par la coalition conduite par le général Aoun et le Hezbollah, mais gagnées en sièges par la coalition pro-US formée autour du clan Hariri et de l’extrême-droite chrétienne— a changé de signification et ouvert la voie à un gouvernement d’union nationale. Tandis que des chefs de guerre comme le socialiste Walid Jumblatt opéraient un virage à 180° pour s’aligner sur le sens du vent.

Cependant, cette évolution est fragile, Washington ayant peut-être la possibilité de déstabiliser la nouvelle troïka.
Quoi qu’il en soit, plusieurs tentatives de renversement de Bachar el-Assad par des généraux corrompus ont été éventées avant même qu’ils ne puissent passer à l’acte.
Les multiples attentats orchestrés par la CIA dans les provinces non-persanes d’Iran n’ont pas donné le signal de révoltes séparatistes. Tandis que la révolution colorée, organisée par la CIA et le MI6 à l’occasion de l’élection présidentielle, a été noyée par une marée humaine. Aux quelques dizaines de milliers de contestataires des quartiers nord de Téhéran a répondu une manifestation monstre de 5 millions de personnes.
Enfin, Washington semble dans l’incapacité d’user une nouvelle fois du Gladio pour instaurer une dictature militaire en Turquie. D’une part parce que la nouvelle génération de généraux turcs n’est plus arc-boutée au kémalisme et d’autre part parce que le gouvernement démocrate-musulman de l’AKP s’est appliqué à démanteler l’Ergenekon (version actuelle du Gladio turc).

Washington et Tel-Aviv peuvent aussi monter des dossiers mensongers pour justifier d’actions militaires.
Ainsi ont-ils laissé entendre depuis 2007 qu’Israël aurait découvert et bombardé un centre de recherche militaire nucléaire en Syrie et que l’Iran conduirait un vaste programme de même nature. Plus récemment, les mêmes puissances ont accusé la Syrie d’avoir fait entrer des Scud au Liban.
Toutefois ces imputations ne résistent pas plus à l’analyses que celles délivrées par le secrétaire d’Etat Colin Powell au Conseil de sécurité des Nations Unies à propos des prétendues armes de destruction massive irakiennes. Les diverses inspections de l’AIEA n’ont mit en évidence que des activités civiles, et la force de maintien de la paix des nations Unies au Liban a démenti la présence de Scud dans le pays.

L’entrée en scène de la Russie

La perte d’influence des Etats-Unis est si palpable que le général David Petraeus, commandant en chef du Central Command a sonné l’alarme à Washington. A ses yeux, le jeu joué par les Israéliens non seulement en Palestine, mais surtout en Irak, a plombé les projets états-uniens dans la région.
Plus encore, l’enlisement des GI’s en Irak et en Afghanistan en fait des otages de la Turquie, de la Syrie et de l’Iran, seuls en mesure d’apaiser les populations révoltées.
Dans une complète inversion des rôles, l’allié stratégique du Pentagone est devenu un boulet, tandis que ses ennemis régionaux sont ses boucliers.

Prenant acte de l’échec du remodelage US du Grand Moyen-Orient, Moscou s’est repositionné sur la scène régionale lors du voyage du président Dmitry Medvedev à Damas et Ankara.

Concernant les conflits avec Israël, la Russie a réaffirmé que le règlement politique devait être fondé sur les résolutions pertinentes de l’ONU (incluant l’inaliénable droit au retour des Palestiniens) et les principes de la conférence de Madrid (restitution des territoires occupés, dont Jérusalem-Est et le Golan syrien, en échange d’un Traité de paix).
En outre, Dmitry Medvedev a confirmé la préférence russe pour la solution à deux Etats. Compte tenu de la présence d’un million d’ex-Soviétiques en Israël, Moscou veut prévenir un exode prévisible en cas de chute du régime sioniste. Dans cette perspective, il a souhaité une réconciliation entre le Fatah et le Hamas, et a rencontré Khaled Mechaal, le leader politique de la Résistance palestinienne, alors même que celui-ci est qualifié de « terroriste » par les Etats-Unis. Il s’agit bien d’un pas décisif de la Russie : le président Medevedev avait refusé par trois fois de recevoir M. Mechaal de passage à Moscou, il a cette fois eu une entrevue avec lui, et qui plus est à Damas. A cette occasion, le président russe a souligné l’urgence croissante de la situation humanitaire à Gaza et déploré le désintérêt de Washington à résoudre ce drame.
Enfin, faisant allusion aux menaces israéliennes de bombarder les convois d’armes passant de Syrie au Liban, il a mis en garde Tel-Aviv contre une escalade de la tension.

La Russie soutient le rapprochement politique et économique en cours entre l’Iran, la Syrie et la Turquie. Les trois Etats leaders au Proche-Orient sont entrés dans une phase d’intense coopération. En quelques mois, ils ont ouvert leurs frontières et libéralisé leurs échanges à marche forcée. Leurs économies bloquées par les années de guerre ont été soudainement ventilées. La Russie entend ne pas rester à l’écart de cette nouvelle zone de prospérité. Immédiatement, Ankara et Moscou ont abrogé la nécessité de visas pour leurs ressortissants. Ainsi un Turc peut entrer sans formalité en Russie alors qu’il n’y est toujours pas autorisé ni aux USA, ni dans l’Union européenne, bien que la Turquie soit membre de l’OTAN et candidate à l’UE.

Moscou a créé des instances permanentes de concertation à haut niveau, aux plans diplomatique et économique, avec Damas et avec Ankara, qui contrastent avec la politique des Etats-Unis.
En début d’année, la secrétaire d’Etat US, Hillary Clinton, avait sommé la Syrie de prendre ses distances avec la Résistance. Pour toute réponse le président Bashar el-Assad s’était immédiatement affiché aux côtés de son homologue iranien Mahmoud Ahmadinejad et du secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah et avait signé un document ironiquement qualifé de « Traité de distance réduite ». La rencontre avait été improvisée de sorte que Khaled Mechaal n’avait pas eu le temps de s’y rendre, mais le Hamas était associé à la démarche.
Mettant ses menaces à exécution, le président Barack Obama a répliqué en reconduisant pour deux ans des sanctions économiques contre la Syrie.

Rosatom et Atomstroyexport, qui terminent la construction d’une centrale nucléaire civile en Iran (Bushehr) et sont en discussion pour de nouvelles, en construiront une autre en Turquie pour 20 milliards de dollars. Elle devrait être inaugurée dans sept ans. Un projet similaire est à l’étude en Syrie. Le manque d’électricité, dans une région qui a souffert des bombardements israéliens, est le principal handicap au développement économique. Du point de vue proche-oriental l’empressement russe à construire ces centrales n’est pas tant imputable à un appétit commercial qu’à une volonté de donner aux peuples concernés le moyen d’accélérer le développement économique que les Occidentaux leur ont si longtemps interdit.
En outre Stroitransgaz et Gazprom vont assurer le transit du gaz syrien vers le Liban, Beyrouth étant empêché par son voisin israélien d’exploiter ses importantes réserves off shore.

Au plan militaire, la Russie a pris livraison de sa nouvelle base navale en Syrie. Celle-ci lui permettra de rétablir l’équilibre en Méditerranée dont elle est plus ou moins absent depuis la dissolution de l’URSS. Elle a également confirmé la prochaine livraison de missiles S-300 à Téhéran afin de protéger l’Iran des menaces de bombardement états-uniennes et israéliennes.

Tout en stigmatisant les provocations iraniennes, les diplomates russes ont répété qu’ils ne croient pas aux accusations occidentales à propos de prétendus programmes nucléaires militaires iranien ou syrien. Alors que le protocole des Etats riverains de la Caspienne ne prévoit qu’une fourniture d’armes à l’Iran si celui-ci était attaqué, le président Medvedev a évoqué une possible intervention directe de la Russie et mis en garde les Etats-Unis contre une guerre en Iran qui dégénérerait en Troisième Guerre mondiale. Sur ce fondement, il a apporté son soutient au projet de dénucléarisation de la région, c’est-à-dire de démantèlement de l’arsenal nucléaire israélien. L’affaire vient d’être portée devant l’AIEA.

Moscou attache une importance particulière à aider la Turquie à régler ses contentieux séculaires avec la Grèce et l’Arménie, incluant les conflits de Chypre et du Haut-Karabagh. De la sorte, Ankara pourrait s’éloigner définitivement de Tel-Aviv et de Washington et reprendre sa complète indépendance. Des pas importants, mais insuffisants, ont été accomplis par le président Abdullah Gül vis-à-vis d’Erevan. Passant outre 95 ans de haine, la Turquie et l’Arménie ont établi des relations diplomatiques. D’autres avancées devraient suivre vis-à-vis d’Athènes avec la bénédiction du patriarche orthodoxe Cyril Ier de Moscou. De ce point de vue, la visite de Recip Erdogan en Grèce est un événement historique qui relance le processus de réconciliation en Mer Egée, amorcé dans les années 30 et interrompu par la Seconde Guerre mondiale.

Bouleversant la stratégie US en Mer Noire et dans la Caspienne, Ankara a accepté un gigantesque investissement russe pour la construction d’un pipe-line reliant Samsun à Ceyhan. Il devrait permettre d’acheminer le pétrole russe de la Mer Noire vers la Méditerranée sans avoir à emprunter les détroits, impropres au transit de matières polluantes. Identiquement, Ankara étudie sa possible participation au projet de gazoduc russe South Stream. Si celle-ci devait être confirmée, elle rendrait inutile le projet concurrent des Etats-Unis et de l’Union européenne, Nabucco.

En définitive, le soutien russe garantit la pérennité du triangle Téhéran-Damas-Ankara face à l’hostilité des Etats-Unis et de l’Union européenne. L’équilibre stratégique du Proche-Orient vient de basculer. L’onde de choc pourrait se propager au Caucase.

No comments:

Post a Comment